Menu
Mon compte

Bela x Tënk: une rentrée documentaire

Actualité

publié le
10/01/2019
- par Bela

Plongez en terres documentaires ! 

Tënk, c’est la première plateforme VOD entièrement dédiée au documentaire d’auteur.trice.s. Lancée en août 2016 à Lussas (le village ardéchois qui accueille chaque été les états généraux du documentaire - on vous en parlait ici, notamment), Tënk défend la pluralité des regards et rassemble en permanence près de 70 films, de multiples thématiques, formes, points de vue du monde entier. De la perle rare au film phare.

L’abonnement, à 6€/mois, donne accès à plus 70 documentaires d’auteur en permanence, avec des nouveautés chaque semaine, chaque film étant disponible 2 mois durant. La raison d’être de Tënk est de défendre le documentaire d’auteur, faire en sorte qu’il survive dans un contexte de crise de la production. Le désir franc est celui que ces films soient vus et qu’ils puissent continuer à se produire de manière décente (avec une économie qui permette aux artisans de ces films de se payer !). Aussi, en plus d’être diffuseur, Tënk sera dès 2018 coproducteur de nouveaux documentaires.

Un projet politique

Tënk est né de l’irrésistible désir de partager la passion pour le documentaire d’auteur.

L’ambition de Tënk est simple : vous faire (enfin !) découvrir ou redécouvrir des documentaires exceptionnels qui ne rencontraient plus leurs publics, faute de diffusion en dehors des festivals, des écoles et des cercles d’initiés. Films de festival, films rares, grands classiques, création contemporaine, à la marge, internationale, indépendante, tous les documentaires que vous avez toujours voulu voir sans jamais savoir où les trouver… sont sur Tënk.

Les films que nous aimons font figure d’exception dans le flot des images qui traversent nos sociétés. S’ils montrent l’existant, le “réel“, ils revendiquent la subjectivité du regard, la diversité et l’infinie complexité des expériences. Le présent les habite, c’est même leur matière première, mais ils n’ont de cesse de l’inscrire dans le temps long, de le rétablir comme lendemain du passé et comme hier du lendemain. Ils nous instruisent, enfin, mais en faisant appel à notre intelligence du sensible, celle-là même que nous mobilisons face aux œuvres d’art. Ce sont des films qui nous invitent à penser.

Parce que changer le monde est une tâche bien démesurée, le documentaire d’auteur se donne celle, plus modeste, de changer notre regard sur le monde. Ces fragments de vie, d’humanité et de poésie sont autant d’actes d’apprentissage sur nous, sur nos conditions de vie, sur notre rapport aux autres. Le documentaire d’auteur fait appel à la curiosité de tous ; c’est à ce titre que nous vous invitons à y prendre part.

La Belgique et Tënk

Chaque mois, une figure du documentaire belge propose un voyage dans le paysage cinématographique du plat pays dans une « plage » thématique intitulée Regards de Belgique.

La plage Regards de Belgique propose un voyage dans le cinéma documentaire du plat pays. Certains aimeraient pouvoir en définir la spécificité une fois pour toutes mais le foisonnement cinématographique belge a toujours résisté à une quelconque réduction identitaire. Impossible donc d'instrumentaliser son côté libre, décalé, artisanal, poétique, peu sérieux, nourri de ceux qu'il a accueilli, accidentel, burlesque et politique dans une quelconque définition figée. Chaque mois, une figure du documentaire belge offrira donc un fragment de réponse personnelle, en proposant deux films ; un premier qu'elle a réalisé ou auquel elle a participé, et un second (belge ou non) qui a eu de l'importance dans sa trajectoire ou dans celle de la cinématographie du pays. Et peut-être qu'avec le temps et le recul, cette mosaïque dressera-t-elle un portrait…

Ce mois-ci, c’est le travail d’Inès Rabadan qui est mis de l’avant, avec son court-métrage Karaoké domestique. Trois femmes de ménage et trois employeuses abordent la question des tâches ménagères et de la hiérarchie, du respect et du statut social, des habitudes et des rêves... Le procédé utilisé par la réalisatrice belge, qui se met elle-même en scène, nous donne à voir et à entendre cette parole de manière à la fois intime et distanciée.

 

Rage de Guy-Marc Hinant et Dominique Lohlé est le film qu’elle a choisi de partager. Acid techno, rave parties, désordre, instinct de vie et de mort, bruit... Elle confie à son propos : "Ce film est un monstre, la vie entre dedans à fond." Une sourde clarté émerge : obéir ? À quoi bon.

 

Côté belge encore sur Tënk: le FIFF Namur est également un partenaire de Tënk dans le cadre de sa plage « Festival ».

À partir du 3 mai 2019, Tënk accueillera une semaine autour de la création documentaire belge dans la rubrique « Premières bobines ».

La programmation

La programmation de Tënk est organisée en différentes plages avec une équipe d’une vingtaine de programmateur.trice.s qui sélectionnent les films et écrivent les avis.  L’objectif est d’avoir une large palette de passionnés qui apportent différents regards et des propositions de films de tous genres, durées et époques.

2 semaines d'accès gratuit

Dans le cadre de son partenariat avec Bela, Tënk vous offre un accès libre à sa plateforme pendant 2 semaines, profitez-en pour (re)découvrir tous les documentaires que vous avez toujours voulu voir sans jamais savoir où les trouver. Comment? C'est simple: vous trouverez tout dans la newletter du 11 janvier. Bonne rentrée et 

À tout de suite sur Tënk!