Menu
Mon compte
  • Spectacle vivant
Revenir à la liste des auteurs

Biographie 

Née en France en 1981, Cécile Cozzolino suit une formation à l’Érac (École régionale d’acteurs de Cannes) de 2001 à 2004. Elle a abordé différentes techniques: l’alexandrin, l’interprétation de textes classiques et contemporains, le jeu masqué, l’écriture théâtrale, la danse contemporaine, le jeu radiophonique, avec Charlotte Clamens, Valérie Dreville, David Lescot, Didier Galas, Francis Viet, Christine Bernard-Sugy, etc.

Elle joue sous la direction de Pierre Laneyrie, Isabelle Mouchard, Jean-Pierre Vincent et Gildas Milin.
En 2005 et 2006 , elle joue dans des spectacles/performances d’Yvonne Mcdevitt et Robert Pacitti.
Elle rencontre la compagnie t.r.a.n.s.i.t.s.c.a.p.e., joue dans deux de leurs spectacles, Insert Coin (spectacle performance) et Call Shop (spectacle scénique pluridisciplinaire), qu’elle réécrit à la suite d’une commande. Elle est assistante dramaturge pour leur spectacle Chambre d’hôtel. Collabore pour Distorsion urbaine en résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon.

Elle joue dans Dernière partie, court-métrage réalisé par Ann Sirot et Raphaël Balboni (2008).

Les Aventures de Mr Rien parce que nous vivons dans une société patriarcale (court récit) est la première ébauche de son travail personnel.
En 2006, elle écrit En blanc (mis en scène par Denis Mpunga au théâtre Varia à Bruxelles en mars 2008 et publié aux éditions Théâtrales dans le collectif «Théâtre en court 4» en avril 2009).
En août 2008, elle est invitée au festival Premiers Actes (Alsace) pour une résidence d’écriture et crée Renée Panthère(avec la bourse de soutien SACD).
Elle obtient une bourse découverte de la Communauté française de Belgique en 2011 pour De l’interdit naît le désir.

Cécile Cozzolino questionne les frottements entre la nature humaine et son formatage, l’impalpable interstice entre l’être social et l’animal.
Du général au particulier, elle part de ce postulat et l’applique à la création de personnages atypiques mais profondément communs.
Une démarche qui s’applique à ne pas globaliser, étiqueter, trier, classer, ranger, le genre humain et à poser un regard curieux sur les infinies multiplicités de l’identité.