Menu
Mon compte
  • Écrit
  • Audiovisuel
  • multimedia
Revenir à la liste des oeuvres

L´Affaire Michard

Oeuvre

littérature générale

Le 16 février 1964, Alexandre Michard, jeune Ministre de l'Intérieur, est trouvé mort dans son cabinet ministériel de l'avenue des Nations. Sur son bureau, un court message citant Nietzsche à propos de 'la joie de l'anéantissement'. Ce suicide semble être la conséquence du récent scandale lié à la divulgation d'un rapport secret sur les écoutes ordonnées par le Ministre. Dix ou douze ans plus tard, une contre-enquête journalistique se fondant sur les carnets intimes de Michard entend montrer que celui-ci, subversif mégalomane, n'a gravi les échelons du Pouvoir que pour mieux en saboter complètement l'appareil en se discréditant. Pis, en s'anéantissant.
Un roman de politique-fiction inachevé.

Extrait: 

<p>(...) Le r&eacute;el d&eacute;go&ucirc;t qu'avaient inspir&eacute; &agrave; ce futur ministre, apr&egrave;s la d&eacute;route de l'occupant, les men&eacute;es ambitieuses de certains. De plus, le manuscrit laisse appara&icirc;tre que cette attitude de rejet, loin de s'estomper en une vague rancoeur, demeurera chez Michard suffisamment vivace pour devenir par apr&egrave;s le ferment d'une r&eacute;volte personnelle, concr&eacute;tis&eacute;e ensuite dans un cheminement proc&eacute;dant presque exclusivement du calcul politique. Car la carri&egrave;re d'Alexandre Michard doit peu de choses au hasard; et son aversion marqu&eacute;e pour le comportement de quelques politiciens ne l'emp&ecirc;che pas d'avoir lui-m&ecirc;me un profond sens politique. Lequel lui dictera d'ailleurs d'adopter, dans le but louable de s'opposer &agrave; ces margoulins de la Chose Publique, une d&eacute;marche semblable &agrave; la leur. Mais n'anticipons pas&hellip;</p>

Fiche

Année 
1976