Menu
Mon compte
  • Spectacle vivant
  • Audiovisuel
  • Écrit
Revenir à la liste des oeuvres

La vache et l´étranger

Oeuvre

théâtre - texte

Dans un magasin spécialisé dans la vente d´appareils MP3. Un homme entre et répond à l´annonce concernant une offre d´emploi. La patronne le réfute. Motif : il ne connaît pas l´allemand. Une deuxième candidate entre. Elle ne connaît pas l´allemand non plus mais la patronne l´engage. En vérité, la patronne avait réfuté le premier candidat à cause de son faciès. Un autre jeune homme entre dans la magasin : Saïd. Il veut acheter un appareil MP3. Personne ne vient le servir ou lui demander ce qu´il désire. Il attend. Après quelques instants, la vendeuse vient dans sa direction. Elle est persuadée que le jeune homme est venu voler quelque chose ou qu´il va plus simplement lui faire perdre son temps. Elle a pris, dès le début un air dédaigneux. Saïd, habitué, ignore l´attitude de la femme. Et ça énerve encore plus la vendeuse. Elle crut d´abord avoir à faire avec un inculte. Mais Saïd s´y connaît en appareil MP3. Et il est bien décidé d´acheter. Un autre client entre dans le magasin. La vendeuse reconnaît le jeune homme, c´est Luc. Elle l´accueille, très heureuse. Elle en est même un tantinet amoureuse. Obséquieuse. Saïd interrompt la femme en lui demandant des informations plus complètes. Elle est malveillante presque insultante avec Saïd. Demande de l´aide à Luc. Qui insulte le jeune homme. D´un seul coup, un grand fracas effraye tout le monde. Une vache entre dans le magasin. La vendeuse va accuser Saïd d´avoir ramener cette vache pour tout voler. Elle appelle la police. La police intervient très rapidement. Les policiers n´écoutent que la version de la vendeuse. Saïd ne peut se défendre. Comment expliquer que cette vache ne lui appartient pas ! Il est embarqué manu militari au poste de police.

Extrait: 

<p>Sc&egrave;ne 2 Dans le m&ecirc;me magasin. La vendeuse - un peu snob - parle au t&eacute;l&eacute;phone avec une amie. La vendeuse Tu as vu le documentaire hier &agrave; la t&eacute;l&eacute;vision ? Oui, sur la deux ! C&acute;&eacute;tait affolant ! Ahurissant ! D&eacute;lirant ! Ah oui, j&acute;ai ador&eacute;&hellip;. Il &eacute;tait mignon en plus. Oui&hellip;t&acute;as raison&hellip;. Aujourd&acute;hui ? Non, pas terrible. Beaucoup de gens qui passent. Qui regardent. Qui touchent. Et qui s&acute;en vont. D&eacute;plorable. Pas un sou dans la caisse. Mais moi, je m&acute;en fous&hellip; j&acute;ai mon salaire &agrave; la fin du mois. Quelle id&eacute;e de cr&eacute;er un magasin o&ugrave; on ne vend que des appareils MP3. C&acute;est hallucinant !...oui&hellip;. Une femme entre dans le magasin. Elle regarde. Elle touche les appareils. Et elle s&acute;en va. La vendeuse C&acute;est la vingt-cinqui&egrave;me aujourd&acute;hui. Au revoir Madame ! Quelle idiote. Pas m&ecirc;me un renseignement. Elle ne m&acute;a m&ecirc;me pas demand&eacute; le prix&hellip;.ce week-end ? En bo&icirc;te, ma ch&eacute;rie ! Il faut que je trouve cet homme de ma vie. Je ne veux pas vieillir jeune fille, moi ! Je r&ecirc;ve d&acute;une belle maison et des enfants. (en murmurant) Sans oublier l&acute;argent bien s&ucirc;r. Ah ! l&acute;argent ! Le bonheur&hellip;. Sa&iuml;d entre dans le magasin. Il regarde. Il touche les appareils. La vendeuse Tu t&acute;imagines tout ce que je pourrai faire avec cet argent ! Non, pas encore. Tu as raison, je dois penser aux vacances (en s&acute;adressant &agrave; Sa&iuml;d) Dis, si tu viens pour le probl&egrave;me des poubelles, &ccedil;a ne sert strictement &agrave; rien de venir jusqu&acute;ici&hellip; j&acute;en ai d&eacute;j&agrave; parl&eacute; au propri&eacute;taire&hellip;.(en s&acute;adressant &agrave; son amie toujours au t&eacute;l&eacute;phone) &hellip;Tu vas &agrave; Port-au-Prince ! Quelle chance ! (elle fait un geste, en direction de Sa&iuml;d pour qu&acute;il parte) Le jeune homme s&acute;impatiente. Il attend et &eacute;coute - par obligation - la conversation.</p>