Menu
Mon compte
  • Spectacle vivant
  • Écrit
Revenir à la liste des oeuvres

Alba Rosa

Oeuvre

théâtre - texte

La pièce raconte l’intime bouleversement d’Anne, une jeune femme de vingt-six ans qui décide de rentrer dans les ordres. Contre cet évènement majeur de sa vie vient buter l’incompréhension puis la difficile acceptation de ses proches et de son compagnon. La pièce suit Anne dans son expérience inouïe. Celle-ci apprend à tisser le lien aussi fragile qu’improbable avec la part spirituelle qui nous constitue. Elle est aidée en cela par d’autres jeunes femmes qui, comme elle, tentent de répondre à ce qui les « appelle ».

Les personnages : Anne : 26 ans; Laurence : sa soeur, 27 ans, Damien : son frère, 24 ans, Martin : son amoureux, 28 ans, Grégoire : son ami 26 ans, La Joie-Titane : son ange, La Femme qui va Mourir : sa mère, Odile : 23 ans, Serena : 30 ans.

« Alba Rosa », inédite, est créée le 16 février 1998 par la Compagnie de la Lune au Centre Culturel de Charleroi "L'Éden", dans une mise en scène de Michael Delaunoy avec Laurence Vielle (Anne), Anne Beaupain (Laurence), Yannick Renier (Damien), Vincent Marganne (Martin), Patrick Simons (Grégoire), Marie Thys (Odile), Patricia Berti (Serena), Alain Eloy (La Joie-Titane), Stéphane Auberghen (La Femme qui va Mourir).
Tournée Bruxelles, Tournai ; Prix SACD 1998.

"J'ai commencé à écrire "Alba Rosa" sous le titre "L'aimant" en juillet 1989, après une visite à l'Abbaye de Senanque. Le 30 octobre 1994 "Alba Rosa" m'a été commandée par la Compagnie de la Lune qui en a proposé la mise en scène à Michael Delaunoy. Je remercie profondément soeur Fabienne ainsi que Madeleine Galais et ceux qui m'ont aidé à apprendre la douleur de la mort en écrivant." P. Pizzuti.

Extrait: 

<p>Anne : &eacute;coute. Tu entends? Voil&agrave;, imagines. Je suis dans ce silence. Et je marche vers un point tout au d&eacute;but. Martin : Qu&acute;est-ce que tu fais? Anne : Je te raconte le silence que j&acute;ai &agrave; l&acute;int&eacute;rieur. C&acute;est comme le son de tes cordes. Il m&acute;entra&icirc;ne et c&acute;est si beau. Martin : Ne le dis pas. Viens me le montrer. Si tu me le montre j&acute;entends. Anne : Un jour je... Martin : Maintenant! Montre-moi maintenant! Un jour je ne serai plus l&agrave; et toi non plus. Tu nous auras aim&eacute;s trop fort. Aim&eacute;s pas comme on aime. Aim&eacute;s dans ta t&ecirc;te et dans ta t&ecirc;te nous n&acute;aurons plus de corps pour nous aimer. Anne : Je reviendrai te... Martin : Maintenant tu vas revenir. Tu vas revenir et je tisserai des cordes de viole &agrave; ton corps pli&eacute; comme un jonc. Anne : Ici je suis au plus pr&egrave;s de toi. Martin : Qu&acute;est-ce qui nous arrive? (il passe une main sur sa poitrine) Ton dessin est toujours l&agrave;, tu veux voir? Anne : Non. Je ne sais plus. Aide-moi. Retiens-moi... je ne sais plus... ici tu es partout. Aide-moi! Martin : Non. Demande-le &agrave; l&acute;int&eacute;rieur. Demande-le l&agrave; o&ugrave; tu dis que je suis. Tu ne me trouves plus? Tu as regard&eacute; dans le mur? Non? Deamnde-le au mur. Je suis dans la terre. Demande-le &agrave; la terre. &aacute; l&acute;air, demande. Cherche-moi! MAis cherche, je suis partout, tu dis! Alors cherche-moi! Anne fait quelques pas pour partir. Martin court vers elle et la prend par la main. Martin : Bonjour, je suis venu te montrer le dessin du ciel sur ma peau. (Martin guide la main d&acute;Anne sous sa chemise. Anne le laisse faire) Tu vois?</p>

Fiche

Année 
2008