Menu
Mon compte
  • Spectacle vivant
  • Écrit
Revenir à la liste des oeuvres

La résistante

Oeuvre

théâtre - texte

Une femme écrit une pièce dont nous ne savons rien sinon ce que nous en livrent les deux personnages qui dialoguent avec elle : une femme qui porte la vie et un enfant-soldat. Dans la pièce il est question de la guerre, de la violence endémique des hommes, de leur propension à se faire du mal comme une maladie irréversible. Les deux personnages se révoltent contre leur auteure. Ils l’accusent de lâcheté, puisque par son écriture elle ne fait que légitimer la passivité des spectateurs qui, comme elle, renoncent à toute volonté d’action, assis bien au chaud dans leurs fauteuils. Ils lui disent que le théâtre ne peut pas changer le monde; que croire le contraire est un rêve d’intellectuels. Ils refusent d’être les marionnettes d’une tragédie imaginaire. Ils affirment que la réalité dépasse en horreur toute fiction et que depuis des siècles le théâtre de la tragédie n’a pas inspiré la paix aux hommes. Elle résiste. Elle dit que l’écriture est sa résistance à la barbarie. Elle ne dit pas si elle sert, ni à qui ? Elle ne sait plus si écrire est mieux que rien. Parfois rien pourrait l’emporter. Mais elle résiste. Elle n’est pas capable de faire autrement. Elle écrit.

Les personnages : Nourit : elle porte la vie; L’auteure; L'Enfant-soldat.

«La résistante», parue aux Éditions Lansman, a été lue par l’auteur au Festival d’Avignon le 7 juillet 2002, dans les cadre de «Mots d’auteur» (SACD) proposés par Vera Feyder, a été créée aux rencontres théâtrales internationales du Cameroun à Yaoundé en novembre 2004 et au théâtre le Public (Bruxelles) en janvier 2006, dans une mise en scène de Guy Theunissen, avec Zigoto Tchaya, Yaya Mbile, Catherine Salée et Maître Mamadou Aliou Barry. Assistanat à la mise en scène, régie et création lumières : Francis Beidi. Régie plateau et intendance : Serge Fouha. Réalisation décors : Issa Lucien, Denis Sufo. Costumes : Doudou Félicité. Prix à l’édition SACD-LANSMAN du Concours de l’Union des Artistes-2003; Prix du Théâtre 2006.

Extrait: 

<p>Enfant-soldat : Tu ne l&acute;&eacute;cris pas parce que tu n&acute;oses pas. L&acute;auteure : Pas quoi? Enfant-soldat : &eacute;crire le serment. L&acute;auteure : Ah bon? Pourquoi? Enfant-soldat : Parce que tu simules. Tu te fatigues &agrave; inventer ce qui est vrai. C&acute;est une fatigue de merde. Ca sert &agrave; quoi que tu m&acute;inventes, alors qu&acute;il y en a des milliers qui... L&acute;auteure : On a dit pas de quest... Enfant-soldat : Pas de r&eacute;ponses non plus, alors? Rien que tes mots qui font les questions et les r&eacute;ponses, c&acute;est &ccedil;a? Comme &ccedil;a tu ne risques pas de courant d&acute;air, assise &agrave; ta fen&ecirc;tre d&acute;o&ugrave; tu regardes le monde dans ta maison chauff&eacute;e qui sent le linge blanc. L&acute;auteure : Je n&acute;&eacute;cris pas &ccedil;a. Enfant-soldat : Tu le penses. L&acute;auteure : Tu dis ce que j&acute;&eacute;cris, pas ce que je pense! Continue! Enfant-soldat : Et on dit les mots du serment qui sont &quot;Je jure de donner la mort jusqu&acute;au dernier puis de mourir pour gagner le paradis.&quot; Voil&agrave;, sont &ccedil;a les mots du serment. Et on jure de le faire. On jure que ce ne sont pas que des mots. Puisque on va le faire. C&acute;est pas comme les mots que je dis. De merde. Qui ne sont rien que des mots qui ne servent &agrave; rien. L&acute;auteure : Je t&acute;ai d&eacute;j&agrave; dit... Enfant-soldat : &quot;Enfant-soldat treize ans dans le village de Tharros au temps de mes mots pas de questions&quot;, je sais. Et tu crois que &ccedil;a fait vrai? Je raconte l&acute;assaut, tu veux? On va voir si tu fais mieux qu&acute;&agrave; la t&eacute;l&eacute;, quand &agrave; la t&eacute;l&eacute; il y a la r&eacute;alit&eacute;. Qui n&acute;est pas encore la r&eacute;alit&eacute; qui est dans la r&eacute;alit&eacute;, puisque c&acute;est dans la t&eacute;l&eacute;. Mais au moins on va voir si tu fais aussi bien que la r&eacute;alit&eacute; qui est dans la t&eacute;l&eacute; et qui n&acute;est pas la r&eacute;alit&eacute;, ok? On va voir. &aacute; moins que tu ne m&acute;appelles autrement. Dis? Tu veux pas me donner un deuxi&egrave;me nom, dis? Et comme &ccedil;a je peux parler des casseroles et des chaussettes, si tu veux. Je peux m&ecirc;me chanter, si tu me donnes un deuxi&egrave;me nom. Je suis enfant-chanteur, tu veux? Pas soldat, chanteur, enfant-chanteur. &eacute;coute c&acute;est le chant de l&acute;oiseau qui dort. &quot;Dors, dors, l&acute;oiseau d&acute;or, si tu dors, d&acute;or tu te r&eacute;veilleras riche. Riche tu te r&eacute;velleras d&acute;or.&quot; C&acute;est comme &ccedil;a que je m&acute;endormais, je me souviens. Il faisait bon dans ces bras-l&agrave;. Si je ferme les yeux je sens encore l&acute;odeur. Ca sentais... une fleur. Je le sais parce qu&acute;un jour, plus tard, j&acute;ai senti la m&ecirc;me odeur et j&acute;ai vu la fleur. Mais il n&acute;y avait plus les bras. &aacute; tes ordres!? L&acute;auteure : Et si je t&acute;appelais le dernier Enfant-soldat? Enfant-soldat : Tu mens. M&acute;&eacute;tonnerait que je sois le dernier. L&acute;auteure : Tu te sentirais seul ? Enfant-soldat : Tu mens. L&acute;auteure : Je ne fais que &ccedil;a. Tu as dit je &quot;simule&quot;, c&acute;est plus juste. Enfant-soldat : Tu as &eacute;crit : &quot;Enfant-soldat treize ans dans le village de Tharros au temps de mes mots.&quot; Tu n&acute;as pas dit le dernier. L&acute;auteure : J&acute;ai &eacute;crit qu&acute;il n&acute;y avait plus qu&acute;une femme dans tout le village. Une seule. Ce sont deux vies. L&acute;une porte l&acute;autre. Enfant-soldat : Tu m&acute;as dit... L&acute;auteure : J&acute;ai &eacute;crit que tu as tu&eacute; jusqu&acute;&agrave; elle. Qu&acute;&agrave; elle tu t&acute;arr&ecirc;tes. Que tu ne la tues pas. Que tu ne tues plus! J&acute;ai &eacute;crit que tu ne tues plus et que tu parles.</p>

Fiche

Année 
2002