Menu
Mon compte
  • Audiovisuel
  • Spectacle vivant
Revenir à la liste des oeuvres

Endless

Oeuvre

théâtre - texte

Extrait: 

<p style="text-align: justify">&quot;ACTE 1 SCENE 1 Le couloir d&rsquo;un palais pr&eacute;sidentiel.Au mur un tableau du Pr&eacute;sident Jhon lare. Entre Igor et Elisabeth. Elisabeth marche vivement.Igor la suit en courant presque, essayant de la retenir. Igor (bas) Ne faites pas &ccedil;a Elisabeth (plus fort) Pourquoi Igor Il ne s&rsquo;en remettrait pas Son coeur et puis sa tension Il a les nerfs tendus et l&rsquo;humeur changeante Elisabeth Ca m&rsquo;est &eacute;gal Igor Je comprends votre col&egrave;re Elisabeth Ah tu vois Elisabeth se remet &agrave; marcher vivement.Igor la retient &agrave; nouveau. Igor Pensez &agrave; votre m&egrave;re Madame Olga Elisabeth Si je devais compter sur ma m&egrave;re pour me dire la v&eacute;rit&eacute; Igor Madame la Pr&eacute;sidente vous aime beaucoup Elle n&rsquo;a pas voulu vous faire de mal c&rsquo;est tout Un homme passe, pr&eacute;ss&eacute;, une malette &agrave; la main, tr&egrave;s chic et distingu&eacute;. Il salue d&rsquo;un geste poli Elisabeth et Igor Elisabeth (fort) C&rsquo;est une famille o&ugrave; tous les cerveaux se tordent sous le poids des mensonges Igor Chuut Elisabeth Les journalistes connaissent mieux que nous les histoires qui se trament dans cette maison Comment une m&egrave;re peut-elle cach&eacute; l&rsquo;identit&eacute; de son vrai p&egrave;re &agrave; sa fille Igor Les circonstances L&rsquo;histoire La politique Elisabeth Je n&rsquo;aime pas la politique C&rsquo;est pour cela que je suis une artiste incomprise clo&icirc;tr&eacute;e dans une maison de fous Une femme de m&eacute;nage passe en poussant un chariot. Elle s&rsquo;arr&ecirc;te devant le tableau et l&rsquo;&eacute;pouss&egrave;te.Igor lui fait signe de s&rsquo;en aller. Igor Je comprends votre sentiment de frustration et ce petit point lancinant entre les c&ocirc;tes qui vous rappelle chaque jour votre position Elisabeth Tu me dit que c&rsquo;est Monsieur Seltine qui t&rsquo;as r&eacute;v&eacute;l&eacute; la chose Igor Oui Mademoiselle Elisabeth Donc tout le monde est au courant Igor Oui Temps Igor Je ne voudrais pas aggraver votre peine &Ccedil;a m&rsquo;attriste tellement de vous voir si troubl&eacute;e Une femme passe. Elle porte des dossiers et semble tr&egrave;s pr&eacute;occup&eacute;e par la pile assez volumineuse qu&rsquo;elle transporte Un groupe d&rsquo;hommes passe, affair&eacute;s autour d&rsquo;un autre qui leur donne des ordres Igor A l&rsquo;&eacute;poque votre m&egrave;re a pr&eacute;f&eacute;r&eacute; rejoindre le fr&egrave;re de votre vrai p&egrave;re Jhon Lare a toujours su comment parler aux femmes Elisabeth Je ne savais pas que Jhon Lare avait un fr&egrave;re Igor Vous comptez beaucoup pour moi et Elisabeth Et tu sais o&ugrave; il se trouve Igor (vex&eacute;) Pendant longtemps il s&rsquo;est cach&eacute; &agrave; l&rsquo;&eacute;tranger Puis il y a 7 ans je crois qu&rsquo;il a &eacute;t&eacute; arr&ecirc;t&eacute; et jett&eacute; dans les &eacute;go&ucirc;ts Elisabeth Dans les &eacute;go&ucirc;ts Pourquoi dans les &eacute;go&ucirc;ts Igor Je ne suis que l&rsquo;humble conseiller priv&eacute; de Monsieur le Pr&eacute;sident Si nous mettions nos forces ensemble Nous pourrions envisager des recherche secr&egrave;tes Une femme appara&icirc;t, c&rsquo;est Olga Lare. Elle est tr&egrave;s &eacute;l&eacute;gante et porte des lunettes de soleil. Elle s&rsquo;arr&ecirc;te en voyant Elisabeth. Olga Ah ma ch&eacute;rie Tu es l&agrave; Je ne te voyais pas &agrave; ton cour de musique alors je m&rsquo;inqui&eacute;tais Maddie t&rsquo;attend pour ta le&ccedil;on de piano Et puis tu n&rsquo;as pas oubli&eacute; que ce soir nous donnons un coktail en l&rsquo;honneur de tes fiancailles avec Ray Goohan Elisabeth ne r&eacute;pond pas. Olga Il y a quelque chose qui ne va pas mon ange (soudain plus froide) Qu&rsquo;est-ce que vous faites l&agrave; Igor Elisabeth Igor me tient compagnie et me raconte pleins de choses tr&egrave;s int&eacute;ressantes Olga Tu t&rsquo;es disput&eacute; avec ton p&egrave;re Elisabeth Non mais &ccedil;a ne va pas tarder Olga Qu&rsquo;est-ce qui s&rsquo;est pass&eacute; Elisabeth Je ne sais pas encore mais bient&ocirc;t je serai fix&eacute;e Olga C&rsquo;est quoi ce langage cod&eacute; Elisabeth Aurevoir m&egrave;re Elisabeth se retourne et s&rsquo;en va. Olga Euh Aurevoir Elisabeth Mais qu&rsquo;est-ce que tu dis O&ugrave; vas-tu Elisabeth Rendre une petite visite A mon p&egrave;re J&rsquo;ai envie de lui parler Olga Ah bien C&rsquo;est une tr&egrave;s bonne id&eacute;e ma ch&eacute;rie Ca lui fera plaisir tr&egrave;s certainement Elisabeth dispara&icirc;t Olga, rassur&eacute;e, prend son poudier et se poudre le bout du nez Olga (&agrave; Igor) Ne tourne pas trop autour de ma fille Igor Sinon tu auras sa m&egrave;re sur le dos Ce mariage avec le s&eacute;nateur Ray Goohan est un projet de longue date Et il serait f&acirc;cheux qu&rsquo;il n&rsquo;aboutisse pas Ton aspect inachev&eacute; c&rsquo;est tes origines Supporter le b&acirc;tard de son mari c&rsquo;est un supplice comme il en existe peu T&rsquo;avoir torch&eacute; me suffit Ton esprit est aussi laid que ton allure Reste loin d&rsquo;elle et tout se passera bien Elle s&rsquo;en va. Igor reste seul Igor C&rsquo;est vrai Je suis petit et laid Si verol&eacute; que je ferais peur &agrave; un enfant Difforme et &agrave; moiti&eacute; fini Moi qui ne suis pas fait pour les jeux amoureux Ni pour faire les yeux doux aux miroirs cajoleurs Moi qui suis n&eacute; seulement pour inspirer le d&eacute;go&ucirc;t Je n&rsquo;ai d&rsquo;autre passe-temps que de faire payer au monde ma difformit&eacute; Apr&egrave;s toutes ces ann&eacute;es de silence Le serpent a mu&eacute; et il est pr&ecirc;t &agrave; mordre Je suis repoussant mais je peux aussi &ecirc;tre charmant Leur jouer des com&eacute;dies et leur faire avaler des flatteries Voil&agrave; la fille mont&eacute;e contre son p&egrave;re Elle qui ne veut pas de moi n&rsquo;a plus qu&rsquo;&agrave; se perdre dans les entrailles de notre ville et se faire d&eacute;chiquet&eacute;e par la lie du monde La m&egrave;re ne se doutant de rien va mourrir de chagrin J&rsquo;ai dej&agrave; livr&eacute; secr&egrave;tement aux journalistes les crimes commis par le p&egrave;re Ranimer le feu entre les deux fr&egrave;res est une id&eacute;e lumineuse En le faisant sortir de son trou avec la racaille il va dans la ville semer la pagaille Et Jhon Lare dans cette temp&ecirc;te de haine deviendra fou ou mort Il regarde le tableau de Jhon Lare D&eacute;sol&eacute; &ldquo;papa&rdquo; Tes p&ecirc;ch&eacute;s sont inscrits sur ma face Tu m&rsquo;as fait vilain Alors il faut bien que je compense en devenant le plus malin SCENE 2 Une petite ruelle sombre. Bianca et Ray Goohan s&rsquo;embrassent passion&eacute;ment sous une porte coch&egrave;re Bianca(se d&eacute;tachant mollement de Ray Goohan) Je dois retourner travailler Ray sinon Madame Aubecque va encore me faire des r&eacute;flexions Ray Goohan Oublie cette vielle carne et invente une excuse S&rsquo;il te pla&icirc;t Ils s&rsquo;embrassent &agrave; nouveau. Bianca Ray il faut vraiment que j&rsquo;y retourne Ray Goohan Cinq minutes Bianca Je vais &ecirc;tre en retard Et puis il y a la teinture de Madame Seltine Le brusching de Madame Tienbon Ray Goohan Tu peux bien t&rsquo;absenter pour une petite heure Je parlerai &agrave; ta patronne Madame Aubecque Bianca Et qu&rsquo;est-ce que tu vas lui dire Ray Goohan Que j&rsquo;avais besoin de tes services pour la conf&eacute;rence de presse La derni&egrave;re fois c&rsquo;est toi qui m&rsquo;a coup&eacute; les cheveux Bianca Et madame Seltine Ray Goohan Je connais son mari Elle ne fera pas de vagues Ce travail n&rsquo;est pas pour toi C&rsquo;est d&eacute;gradant de ramasser les cheveux des autres Bianca Oui mais c&rsquo;est mon travail Ce n&rsquo;est peut-&ecirc;tre pas aussi brillant que de faire des discours au S&eacute;nat Mais &ccedil;a me pla&icirc;t Ray Goohan Tu m&eacute;rites mieux que &ccedil;a Bianca Marions-nous et j&rsquo;ouvrirais mon propre salon de coiffure On avait dit au printemps Ca me va moi le printemps Il faut que j&rsquo;y aille A tout &agrave; l&rsquo;heure Huit heure Rue des Deux tours Bianca l&rsquo;embrasse et s&rsquo;appr&ecirc;te &agrave; partir. Ray Goohan Bianca Bianca Oui Ray Goohan Il faut que Je te parle de quelque chose Bianca Ca ne peut pas attendre Ray Goohan Non Temps Ray Goohan Mon p&egrave;re veut me faire &eacute;pouser la fille du Pr&eacute;sident Temps. Bianca Et tu vas l&rsquo;&eacute;pouser Ray Goohan Jhon Lare et mon p&egrave;re veulent fusionner leurs soci&eacute;t&eacute;s Et sans leur argent je peux dire adieu au &eacute;lections Bianca Ca veut dire que tu vas l&rsquo;&eacute;pouser Ray Goohan Pour faire de la politique il faut avoir les moyens de faire de la politique Bianca Donc tu vas l&rsquo;&eacute;pouser Et c&rsquo;est pour me dire &ccedil;a que tu m&rsquo;as donn&eacute; rendez-vous Ray Goohan Non Enfin oui Bianca Tu m&rsquo;embrasses fougeusement puis tu m&rsquo;annonces que tu vas en &eacute;pouser une autre Excuse-moi Ray mais je ne te suis pas du tout mais alors pas du tout Adieu Ray Goohan Mais Bianca je t&rsquo;aime Bianca Je dois aller travailler Sans mon travail je coucherais &agrave; la belle &eacute;toile Ray Goohan Mais laisse &ndash;moi au moins t&rsquo;expliquer Ce mariage ne changera rien entre nous Bianca Je ne suis pas s&ucirc;re d&rsquo;avoir envie de jouer le r&ocirc;le que tu me proposes Adieu Bianca dispara&icirc;t. Goohan reste seul, d&eacute;pit&eacute; SCENE 2 Un salon de coiffure luxueux. Au fond du salon, deux clientes Madame Seltine et Madame Tienbon discutent, tandis que Madame Aubecque coiffe une des clientes. Madame Aubecque C&rsquo;est le ch&acirc;timent de Dieu Une &eacute;preuve qu&rsquo;il nous envoie c&rsquo;est tout Madme Seltine Si c&rsquo;&eacute;tait une &eacute;preuve il faudrait se battre pour devenir meilleures mais comment voulez-vous vous battre sans un rayon de soleil Madame Aubecque En priant c&rsquo;est tout ce qu&rsquo;il nous reste M.Tienbon M&ecirc;me nos enfants ne sourient plus Nos teints grisonnent malgr&eacute; tous les produits qu&rsquo;ils inventent pour rester fra&icirc;ches Alors qu&rsquo;est-ce qu&rsquo;on fait on reste chez soi sous les UV L&agrave; au moins on a du confort et un peu de s&eacute;curit&eacute; Les deux femmes approuvent d&rsquo;un h&ocirc;chement de t&ecirc;te. Madame Aubecque Toutes ces disparitions Tous ces gens qu&rsquo;on retrouve dans la rue D&eacute;pouill&eacute; de leur v&ecirc;tements Presque mort de froid C&rsquo;est affreux Madame Seltine Ils sont couverts de plaques noires Vous imaginez On &eacute;vacue les corps en v&ecirc;tements de cosmonaute Pour &eacute;viter le contact M. Tienbon Mon mari m&rsquo;a fait une r&eacute;v&eacute;lation extraordinaire aujourd&rsquo;hui Elles la regardent M.Tienbon Nous ne sommes pas pr&ecirc;tes de retrouver le sourire Et chaque habitant de cette ville pourra compter ses cheveux blancs &agrave; la fin de cette ann&eacute;e M. Seltine Votre mari vous a fait des r&eacute;v&eacute;lations M. Tienbon Oui M.Seltine Pourtant d&rsquo;habitude mon mari est muet comme une tombe A croire que je ne suis plus qu&rsquo;un meuble que de temps en temps on astique pour faire briller les couleurs M.Aubecque Que vous a-t-il dit Madame Tienbon Elle sont pendues &agrave; ses l&egrave;vres. M. Tienbon Il faut que je rassemble mes esprits Madame Aubecque et Madame Seltine Alors M.Tienbon Des journalistes ont d&eacute;couvert M.Tienbon rassemble ses id&eacute;es&hellip; Madame Seltine et M. Aubecque Oui Madame Tienbon C&rsquo;est encore top secret Mais vous &ecirc;tes mes amies Et en amiti&eacute; si on ne se dit pas les choses les plus graves On court &agrave; la catastrophe Madame Seltine et M.Aubecque Alors Madame Tienbon Des journalistes ont d&eacute;couvert que des centaines de pauvres vivaient dans nos &eacute;go&ucirc;ts M. Aubecque Des pauvres Madame Tienbon L&rsquo;information a eu l&rsquo;effet d&rsquo;une bombe hier au parlement Le Pr&eacute;sident Jhon Lare a tout de suite menac&eacute; quiconque de la diffuser Madame Seltine Et la charit&eacute; Je croyais qu&rsquo;il y a avait des centres pour ces gens-l&agrave; Madame Tienbon Ce sont des pauvres oui Mais des exotiques de toutes les couleurs (Quoique d&rsquo;apr&egrave;s mon mari ils n&rsquo;ont plus de couleurs) Du Sud et de l&rsquo;est aussi M. Seltine Mais je croyais qu&rsquo;on les avaient renvoy&eacute; chez eux il y a 7 ans M. Tienbon Et bien non Madame Aubecque Mais comment ils ont surv&eacute;cu Qui les a mis l&agrave; Madame Tienbon D&rsquo;apr&egrave;s mon mari Jhon Lare aurait tout arrang&eacute; avec son fils Igor On ne le voit jamais et pour cause Il est si laid Il ferait peur &agrave; un enfant Tout le monde sait que Jhon Lare a sem&eacute; (elle rit) et r&eacute;colt&eacute; les graines de ses p&eacute;ch&eacute;s Madame Seltine Olga Lare ne s&rsquo;est pas g&ecirc;n&eacute;e non plus Sous ses airs de Sainte Nitouche on pourrait croire au bon dieu Mais je suis s&ucirc;re qu&rsquo;on peut cuire des marrons sous ses fesses Temps. Madame Aubecque Figurez-vous qu&rsquo;au palais pr&eacute;sidentiel on jase Et vous savez ce qu&rsquo;on raconte Elizabeth La fille de Olga et Jhon Lare N&rsquo;est pas la fille de Jhon Lare Mais de Olga Et de son fr&egrave;re a&icirc;n&eacute; Ernest Lare Madame Seltine Olga avait donc un fr&egrave;re Madame Aubecque Non Ernest le fr&egrave;re du Pr&eacute;sident Madame Seltine Le Pr&eacute;sident Jhon Lare Madme Tienbon Oui Jhon Lare Madame Aubecque Un scoop Que j&rsquo;ai vendu &agrave; un journal tr&egrave;s en vogue Madame Tienbon (effray&eacute;e) Des pauvres sous nos pieds qui se sont multipli&eacute;s pendant 7 ans Ils doivent manger des rats et boire les eaux us&eacute;es Et si ils sont encore en vie apr&egrave;s 7 ans C&rsquo;est qu&rsquo;ils sont immunis&eacute;s contre toutes les maladies Et qu&rsquo; ils peuvent nous les transmettre Des horribles maladies qu&rsquo;on peut trouver dans Madame Seltine L&rsquo;arm&eacute;e s&rsquo;en occupe tr&egrave;s certainement Temps. Madame Seltine Il faut que j&rsquo;appelle mon chauffeur...&quot;</p>

Fiche

Année 
2003