Les prix 2012 de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Lettres belges

 

Ce vendredi 20 avril à 20h00 a eu lieu la cérémonie de remise des prix littéraires de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Avec ces prix littéraires, la Fédération entend participer à la promotion des œuvres de ses auteurs. Les prix sont attribués aussi bien à des auteurs débutants (prix du premier roman) qu'à des écrivains confirmés dont ils couronnent la carrière (Grand Prix triennal de littérature de jeunesse). Ils se veulent le reflet d'une production littéraire vive et font partie d'une politique de soutien aux auteurs et aux illustrateurs. Ces prix sont proposés par des jurys indépendants, composés de spécialistes qui analysent l'ensemble des publications belges francophones pour chaque domaine de compétence.

 

Palmarès 2012 :

Le Grand Prix triennal de littérature de jeunesse - 15.000 € :
Benoît JACQUES

Le Prix de la première œuvre - 5.000 € :
Nicole ROLAND, Kosaburo, 1945, Actes Sud, 2011

Le Prix quinquennal de l'essai - 10.000 € :
Frédéric THOMAS, Salut et liberté : regards croisés sur Saint-Just et Rimbaud, Aden, 2009

Le Prix triennal d'écriture dramatique - 8.000 € :
Pierre LORQUET, Alberto est communiste, Lansmann, 2007

Le Prix du rayonnement des lettres belges - 4.000 € :
Arnaud HUFTIER

Le Prix triennal d'écriture dramatique en langue régionale endogène - 2.500 € :
Yvonne STIERNET et Freddy CHARLES, Lès sins-rin

 

En bref :

Benoît JACQUES
L'auteur de Titinounours et la sousoupe au pilipili (2002), Je te tiens (2003), Nul en calcul (2003), Scandale au château suisse (2004), Attention Extraterrestres (2005), C'est bizarre (2006), La Nuit du visiteur (2008), Wa Zo Kong (2009) parle à tout le monde. Sans doute les plus jeunes apprécient-ils la narration fofolle, ses rebondissements et pirouettes, les surprises que son œuvre cache, la tension qui monte au fil des pages, voire la peur qui s'en dégage, tant la menace se fait violente parfois… De leur côté, les aînés se montreront sensibles aux références littéraires, graphiques et artistiques, s'amuseront des contraintes proches de l'Oulipo que s'impose l'auteur, admireront son art du détournement et du pastiche.

 

Nicole ROLAND, Kosaburo, 1945, Actes Sud, 2011
Afin d'éviter le déshonneur de sa famille, une jeune Japonaise se travestit pour devenir kamikaze à la place de son frère déserteur. C'est au côté de Kosaburo, son modèle et son amour d'enfance, que Mitsuko se prépare à accepter la mort.

 

Frédéric THOMAS, Salut et liberté : regards croisés sur Saint-Just et Rimbaud, Aden, 2009
Le livre propose une lecture croisée de l'œuvre et de la vie de Rimbaud et de Saint-Just, autour de quelques moments charnières et de thèmes communs : la fraternité, l'harmonie, le bouleversement de la société.

 

Pierre LORQUET, Alberto est communiste, Lansmann, 2007
Les clients d'un restaurant réputé attendent la surprise du Chef, mais ne reçoivent pas même un verre d'eau. La tension monte. Les serveurs annoncent qu'il a disparu, ne laissant qu'un quartier de viande au congélateur. Un groupe de collègues accuse Alberto, un des leurs, d'être communiste. Ce dernier dément, mais Marjorie, jeune cliente, décide qu'elle aussi, sera communiste…

 

Arnaud HUFTIER
Étudiant depuis longtemps la littérature de Belgique, à l'origine nombreuses publications collectives, Arnaud Huftier est également un intarissable propagateur de la littérature belge dans les différentes universités étrangères où il est régulièrement invité, notamment aux Etats-Unis.

 

Yvonne STIERNET et Freddy CHARLES, Lès sins-rin
L'action de cette comédie sociale en trois actes se resserre dans une maison occupée illégalement par trois S.D.F. aux profils contrastés : un ancien cadre dans la dérive du chômage prématuré, un artiste peintre anarchiste et un fils d'ambassadeur, doux-rêveur et désargenté. À la faveur d'un clin d'œil du destin, ce dernier est reconnu propriétaire du squat et de l'immeuble attenant, qu'il transforme, avec l'aide de ses comparses, en resto du cœur baptisé Lès Sins-rin (littéralement : « Les Sans-rien »)…