Menu
Mon compte

La liste de Jean-Jacques Andrien: le réalisme intégral

Voici cinquante ans que La Fédération Wallonie-Bruxelles soutient le cinéma belge.

Mais c’est qui au juste, celles et ceux qui font le cinéma belge ? Nous avons demandé à 10 autrices et auteurs de nous donner 5 noms de prédécesseurs, de collègues, de muses, de mentors, de femmes et d’hommes de cinéma. 10 listes de 5 noms. 

Cette liste est établie par Jean-Jacques Andrien

Ce qui m'intéresse au cinéma, c'est la connexion avec le réel. Que le réel puisse surgir dans le film, fiction ou documentaire. Ce que le philosophe Clément Rosset nomme le réalisme intégral : "une possibilité du cinéma, non plus à présenter le fantastique comme réel mais le réel comme fantastique (ce fantastique dont on s'aperçoit toujours plus qu'il est en réalité le réel) (…) Il s'agit alors pour le cinéma d'évoquer un réel qui non seulement échappe aux représentations convenues dans laquelle se complait généralement le cinéma, mais encore fait éclater la représentation quotidienne que l'on se fait du réel tel qu'il est effectivement vécu et regardé". Sortir des représentations préformées.

Ce qui n'empêche absolument pas ce cinéma-là de toucher le grand public. Voir les films de John Cassavetes, de Kiarostami, de Godard, d'Antonioni, de Rossellini … et encore plus loin dans le temps, de Vigo, de Flaherty …

J'ai choisi dans l'histoire de notre cinématographie cinq films (parmi beaucoup d'autres) qui s'inscrivent dans cette possibilité du cinéma, dans cette voie du "réalisme intégral" où le réel nous parle, où l'image elle-même est l'évocation du réel, par bribes, par touches, par fulgurances, et non plus l'expression de la signification qui lui est présupposée.

 

Déjà s'envole la fleur maigre de Paul Meyer - 1959