Menu
Mon compte

La parole chanceuse

Dans La Parole chanceuse, l'un des textes qui composent le livre La Vie matérielle, Marguerite Duras revient sur l'enjeu qu'a constitué pour la jeune femme qu'elle était la réussite de ses examens oraux.
Chaque oral réussi était un progrès sur « la pauvreté endémique de la famille », sur cette « incurable mentalité de pauvre » qui faisait craindre à sa mère tous les fonctionnaires de l'Etat.
C'est aussi, dit-elle, la même partie que jouent acteurs et chanteurs quand ils font face à leur public.
Ces gens qui ont payé pour vous voir ou pour vous entendre, il ne faut pas simplement ne pas les décevoir. C'est un peu plus que cela. C'est le combat d'un corps contre un autre corps ; un corps qu'il s'agira d' « avoir » si l'on veut soi-même pouvoir continuer à vivre.
Et Duras d'ajouter :
« Quand ça vous est arrivé une fois, de dominer par la parole, d'emporter le public avec vous, ça vous arrive tout le temps ensuite . »

Cette parole chanceuse donne son titre à la passionnante création radiophonique et musicale de Myriam Pruvot, l'une des dix voix (théâtre et radio confondues) que je suivrai en ce début d'année 2018.

Cette parole chanceuse, je la retrouve également dans les oeuvres portées par Adeline Rosenstein, Anne-Cécile Vandalem, Catherine Graindorge, Cécile Cozzolino, Corinne Dubien, Fabienne Laumonier, Florence Minder, Martine Wijckaert et Véronika Mabardi, qui sont et seront, on le devine, traversées par cet état de péril et de grâce.

Dix voix qui abattront pour nous un travail colossal en déconstruisant joyeusement, minutieusement, radicalement, le langage, son usage, et les représentations qui nous parviennent de notre monde contemporain, pour qu'émergent de nouvelles formes, de nouveaux récits.

Certaines ont derrière elles près de 45 ans de métier, d'autres sont sorties de l'école qui les a formées il y a juste 5 ans. Certaines bénéficient d'aides structurelles leur permettant de se consacrer à leur travail dans une relative autonomie, d'autres ne peuvent ouvrir les droits qui leur permettraient d'accéder au régime social des artistes.

Toutes créeront leurs projets avec une enveloppe budgétaire de plus en plus réduite, trop réduite, parfois infime, dérisoire. Chacune sait qu'au bout du questionnement qu'elle aura mené, elle y laissera quelque chose de sa peau.

Mais quelle intelligence chez ces artistes-là! Quel souffle, quel humour, quelle inventivité !

Alors chapeau, et merci à elles.

Caroline Berliner

 

photo: Florence Minder, Saison 1 (c) Hubert Amiel

  • Spectacle vivant

Adeline Rosenstein / Little Big Horn asbl

Décris-Ravage. : un spectacle documentaire consacré à la question de la Palestine.


La traversée historique et sémantique que propose Adeline et son équipe sur les deux cents ans d'histoire coloniale qui ont sévi sur le territoire Israël/Palestine/Terre Sainte est à (re)découvrir cette saison au Vooruit de Gand et sur plusieurs scènes nationales françaises.
Il ne sera pas question ici de proposer une résolution à un conflit mais de questionner les enjeux de représentations propres à ce conflit. Il ne s'agit pas de montrer au spectateur ce qu'il s'est passé exactement mais d'ouvrir son imaginaire pour qu'il se demande ce qui aurait pu se passer.
Une façon de « faire le pari qu'il y a une volonté ou une curiosité de savoir qui, pour un moment, est capable de suspendre l'envie d'avoir raison ou de faire taire l'autre »*.
2018 sera également l'occasion pour Adeline de continuer l'adaptation de Décris-ravage en BD avec Baladi, aux éditions Atrabile et de proposer un nouveau chantier documentaire Laboratoire Poison, dont la forme finale devrait être présentée en février 2019 au Théâtre de La Balsamine.

http://www.littlebighorn.be/

http://atrabile.org/livres/decris-ravage-premier-episode

*in http://www.littlebighorn.be/wp-content/uploads/2017/08/Mouvement-2016-5.pdf

 

  • Spectacle vivant

Anne-Cécile Vandalem / Das Fraulein (Kompanie)

Arctique


Consacrée nationalement et internationalement en 2016 avec Tristesses, Anne-Cécile Vandalem poursuit sa recherche sur les échecs que connaissent nos sociétés occidentales et nous emmène cette fois-ci en 2025 à bord de l'Arctic Serenity, un ancien bateau de croisière de luxe remorqué vers le Groenland où se sont embarqués clandestinement 5 personnes fuyant l'Europe, dévastée par les guerres, la famine et le désordre écologique.
Une création studio du Théâtre National Wallonie Bruxelles, également présenté cette saison au Théâtre de Namur et à la Comédie de Reims.

http://www.dasfrauleinkompanie.com/df/

https://www.theatrenational.be/fr/activities/32-arctique

Catherine Graindorge

Avant la fin


Quelques jours avant sa mort, le célèbre avocat belge Michel Graindorge demande à sa fille Catherine, comédienne, violoniste et compositrice si elle pourra faire quelque chose pour lui.
3 ans plus tard, Catherine Graindorge présente Avant la fin pour raconter, avec tendresse et malice, la relation qui l'unit à son père et la tâche qui lui incombe de continuer à vivre.

A découvrir au Théâtre des Tanneurs du 23 janvier au 3 février 2018.

http://lestanneurs.be/saison/spectacle/avant-la-fin

 

  • Spectacle vivant

Cécile Cozzolino

Les photos de famille sont toujours mal cadrées


L'auteure et performeuse Cécile Cozzolino a été adoptée et elle le sait, on le lui a déjà répété 3250 fois.
Ce fait n'est ni grave, ni dramatique, ni traumatisant, mais les circonstances particulières dans lesquelles se sont déroulées son adoption sont un petit peu particulières et méritent qu'on y mette un peu d'ordre.
Une production Arte Radio avec le soutien de Gulliver (SACD Belgique)

https://www.arteradio.com/son/61659007/les_photos_de_familles_sont_toujours_mal_cadrees

 

Corinne Dubien

Mr Le Directeur


La réalisatrice et créatrice sonore Corinne Dubien s'est plongée dans les Archives de l'Etat belge pour redonner vie aux lettres adressées entre 1958 et 1968 au directeur de l'INR, ancienne RTB.
En donnant à entendre les rêves de radio d'auditrices et d'auditeurs du passé, Corinne nous donne accès un pan de l'histoire et de l'imaginaire belge francophone, faisant apparaitre en creux la question politique de ce qu'est devenu notre service public radiophonique.
Sélectionné au Festival Longueur d'Ondes de Brest, ce documentaire sera également diffusé dans le cadre de la Semaine du Son à Bruxelles au Centre Culturel Jacques Franck.

http://www.acsr.be/production/monsieur-le-directeur/

http://lasemaineduson.be/

http://longueur-ondes.fr/

Fabienne Laumonier

Bienvenue


Dans Bienvenue, la réalisatrice s'embarque pendant 10 jours au bord de l'Aquarius, un bateau de sauvetage affrété par l'ONG SOS Méditerranée pour aller au bord des côtes lybiennes et ainsi sauver les vies qui n'ont pas disparu en mer.
À la fois journal intime de la réalisatrice et pièce documentaire unique, Bienvenue fait partie de la sélection grandes du Festival Longueur d'Ondes de Brest et a reçu une Mention Spéciale pour le Prix « Archives de la parole » au Festival Phonurgia Awards.
Fabienne vient également de réaliser À fleur de peau, un documentaire de neuf épisodes dans lequel elle essaie de soigner son psoriasis. À écouter sur le site d'Arte Radio.

http://www.acsr.be/production/bienvenue/

http://longueur-ondes.fr/

https://www.arteradio.com/content/tous_les_sons

  • Spectacle vivant

Florence Minder / Cie Venedig meer

Saison 1


Dans cette série théâtrale conçue en 3 épisodes, la performeuse/actrice/autrice Florence Minder porte à la scène les questions qu'elle se pose sur son/notre besoin de fiction et les rapports tourmentés que celle-ci entretient avec la réalité.
D'abord seule, puis avec l'actrice Sophie Sénécaut et enfin avec le danseur Pascal Merighi, ils explorent ensemble cette relation tumultueuse et les différents codes narratifs qu'elle permet d'aborder. Ainsi surgit le trouble, le délire, le mouvement vers l'autre, le théâtre surtout.
Tout juste rentré de Paris où il était sélectionné au Festival Impatience, Saison 1 sera présenté les 21 et 22 février 2018 à la Scène Nationale de Dieppe.
En 2018, Florence retrouvera également le spectacle de répertoire, en rejoignant l'équipe de la compagnie (e)utopia 3 dirigée par Armel Roussel qui montera L'Eveil du Printemps de Franck Wedekind au Théâtre National Wallonie-Bruxelles.

http://florenceminder.com/

 

  • Spectacle vivant
  • Écrit

Martine Wijckaert

Les Fortunes de la viande


Disséquer le coeur de porcelaine d'un boucher charcutier et de sa femme et de son confesseur et de Diane chasseresse, c'est prendre le risque de se confronter à l'abîme le plus vertigineux et à la trivialité la plus plate.
La langue carnassière de Wijckaert compose ici un oratorio pour quatre voix, dans lequel elle n'épargne personne - ni probablement elle-même...
Les Fortunes de la viande de Martine Wijckaert sont à découvrir sur la scène du Théâtre de la Balsamine et en librairie aux éditions L'Une et l'Autre.

https://www.balsamine.be/saison-17-18/les-fortunes-de-la-viande.html

http://www.sens-tonka.net/editeur/lune-lautre

Myriam Pruvot

La Parole chanceuse


Dans cette création sonore et musicale - inspirée donc du texte de Duras et dans lequel se glisse le discours de Mohamed Ali avant son combat contre Georges Foreman en 1974 - Myriam Pruvot chante le quotidien d'un foyer de jeune filles, quelques jours avant le début de l'été.
Les indices de temps, de lieux et d'actions sont lacunaires, dit-elle. La pièce se structure à partir de l'exploration physique et sonore de la voix (son grain, ses trébuchement, ses différents modes d'adresse), conférant ainsi une vie et un espace propres à ce récit si singulier.
Un travail d'orfèvre qui a bénéficié de la bourse Empreinte de l'ACSR.

http://www.myriampruvot.com/fr/home/

http://www.acsr.be/production/la-parole-chanceuse

  • Spectacle vivant
  • Écrit
  • Sonore

Véronika Mabardi

Dis-moi / Zeg het maar in 't Frans


Autrice belge née en Flandre mais habitant à Louvain-la-Neuve depuis l'âge de 10 ans, Véronika Mabardi reconvoque les lieux de son enfance (l'heure du goûter, un tableau noir, une cour d'école, un jardin, un journal intime) pour interroger le langage et l'usage qu'elle en a dans sa relation à l'écriture, à la famille, à la mère, à la mémoire.
C'est aussi à la construction artificielle de la Belgique que la réalisatrice fait appel dans ce récit radiophonique : est-il possible d'être flamande et francophone ? Et quel chemin nous reste-t-il à parcourir pour que les différentes réalités qui se bousculent sur notre territoire existent sans s'exclure ?

Une production Deux temps Trois mouvements avec le soutien du FACR de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

http://www.radiopanik.org/emissions/l-heure-de-pointe/dis-moi-zeg-het-maar-in-t-frans-/