A Tâtons sans bâton

Deux amants en fuite. Des personnages qui se croisent, s'affrontent. Tous en recherche. Unecourse pour la vie au couer d'un monde rapace et sans pitiè. Une histoire de truands et de fous. Un labyrinthe où l'amour pourait ne pas se perdre.

Fiche

Visuel
Année
2005

Extrait

Matinmort est le nom du port. Baptisé par les pêcheurs qui aiment à dormir tard, mais passent leurs matinées dans les lits poissonneux. Port déserté des gros navires qui ne recueille que les esquifs, nasses et filets, et le chahut des chalutiers. Et son chantier qui geint par ferrailles entassées des quais jusqu'à la minque.
Il y avait une de ces odeurs, dira Fernande. Et puis les jours passant, elle ne la sentira plus.
Ils ont décidé d’être honnêtes, position prise, discutée dans le train. Michel nous recherchera ; ne pas prendre de risque. Et puis aussi tenter cette voie; ne pas la regretter. Cet argent volé, Benjamin se sent complice, même si ses mains ne s’y sont pas mêlées.
- Je suis entourée de sang. Où que j'aille, il y a du sang. C'est désespérant. Tu crois que Michel nous retrouvera ?
En face d’eux: Deux bistrots. Les pancartes valdinguent. Et cliquètement, leur nom ballotté par le vent.
L'Écume : Fermé.
L’Embarcadère : Ouvert.
- Garçon! Deux cafés.
- Je ne suis pas l'garçon, je suis l'Patron.
Monsieur Henri,foulard au col et sur son flanc, croquis à la hâte dessinés, passe le seuil du bistrot. Un baisemain à Fernande :
- Qu’est-ce que tu fais ici? c’est pire qu’une tombe ici, on s’y enterre puis on y vit à la manière des morts… Regarde! j'ai un œil crevé. Fernande recule, effrayée. C'est une farce, attrape! Il lui lance son crayon. Voilà un œil de poche, la nuit quand tu te perds, cela éclaire.