En direct d'Avignon - Le billet du comité

Publié le  12.07.2016

Inès Rabadán est réalisatrice et scénariste. Présidente du comité belge de la SACD, elle fait partie de la délégation belge à Avignon. Elle nous livre ici ses impressions. En direct du festival d’Avignon pour Bela, voici l’écho du comité :

 

 

15h30, 35°, marcher une demi-heure sous le soleil, tenter d’obtenir des billets, attendre, faire la file, un bon quart d’heure, espérer des désistements. 16h15, ça marche, quelques places se sont libérées. Se mettre en route, marcher sous le soleil vers l’arrêt du bus. La file encore (pour entrer dans le bus), dommage qu’on n’ait plus d’eau. Le bus est climatisé mais pas frais, tout le monde ne peut pas s’asseoir. Le velours des sièges réchauffe l’atmosphère étroite, le trajet dure-t-il longtemps ? Oh non, une vingtaine de minutes! 20 minutes plus tard le bus déverse en effet un paquet de spectateurs qui se décollent les uns des autres dans l’air sec mais brûlant d’un parking. Une banlieue hors-saisons, un bâtiment qu’on dirait désaffecté – en réalité une patinoire, on regrette l’absence de glace, il fait 37°. On entre. Pénombre. On s’installe. Les éventails, les paupières et les coeurs battent en silence. L’attention est palpable. On distingue l’acteur, et le musicien. Riton Liebman va nous raconter son père, sa relation à son père. Rock et mélancolique, forcément politique, extrêmement émouvant. Le chemin que nous, spectateurs, avons parcouru jusqu’au lieu du spectacle, qui dans d’autres circonstances serait une punition, n’a été ici que prémisse au plaisir de partager ce moment forcément inouï, vibrant, et je ressens comme rarement, moi qui suis cinéaste, la force collective du spectacle vivant.

 

À découvrir aussi

« L'auteur employé »

  • Fiction
 

"Je suis anarchiste !"

  • Fiction
Il s'est souvent prétendu anarchiste, comme Brassens, disait-il. C'est d'ailleurs souvent dans de grands moments de déception vis-à-vis de la politique qu'il prenait cette grave et solennelle décision...

Muses - L’être Cosmique n’est pas une boulangère

  • Fiction
Si elle était partie une heure plus tôt ou plus tard, si quelqu’un l’avait retenue, s’il avait plu, si le téléphone avait sonné, si elle avait raté la dernière marche, trébuché sur le trottoir ou s’ét...

120 moi(s) part 2 - les années 2009-13

  • Fiction
Une décennie derrière l'ordi, tentative de retranscription de 10 ans de vie professionnelle en 120 dessins - par Nicolas Fong