Hors du monde #2

Publié le  17.10.2011

Au Nord de l'Italie, des contreforts des Alpes à la plaine où le Po déroule ses méandres majestueux, il y a toujours l'un ou l'autre responsable des Ligues Lombardes ou Vénètes qui ne manque d'affirmer - au sujet des réfugiés qui traversent la Méditerranée pour poser les pieds en Europe - qu'on ferait mieux de repousser les envahisseurs avant qu'ils n'entrent dans les eaux territoriales ou même qu'on les bombarde avant qu'ils n'atteignent les côtes italiennes… Vous avez bien lu le mot : bombarder.

Souvent, dans les meetings de cette « Lega Nord » des centaines de citoyens portant des chemises vertes - la couleur du parti - grimacent, les traits déformés par la colère, réclamant à grands cris la sécession et l'indépendance de la Padanie. Ils détestent le midi, ce sud mafieux, peuplé de paresseux et cette Rome voleuse responsable de tous leurs maux. Et l'on sent qu'ils sont vraiment fâchés, très fâchés, et que pour un mot mal dit, ils en viendraient aux mains. Chaque fois, cette vision m'attriste et je soupire en les plaignant pour leur ignorance ; sans doute, leur faut-il parfois tenter de remplir ce vide par des cris. Il n'y a donc pas que les « Tunisini », qui débarquent poches vides et cœur rempli du rêve d'une autre vie, qui sont victimes de haine et de racisme, mais les Italiens eux-mêmes pour peu qu'ils vivent au-dessous de 42° de latitude Nord.
Mais l'Italie, me direz-vous, est un pays exubérant, tout y est exacerbé, cet excès est inscrit dans les mentalités. C'est vrai, sans doute. On peut voir des députés s'empoigner à la chambre, des hommes politiques promettre un monde meilleur et filer avec la caisse, découvrir un premier ministre partouzeur, des femmes fortement dévêtues jusque dans les émissions consacrées au football, les associations estudiantines de gauche et celles d'extrême droite s'affronter battes de base-ball à la main, le marchand de journaux du coin vendre des bustes de Mussolini…
Pays où les sentiments sont emprunts de démesure, d'accord, mais ce triste repli sur soi qui ressurgit lorsque les temps sont plus difficiles, ne conduit nulle part, que ce soit ici, dans notre vieille Europe ou ailleurs. La haine est un poison sournois, qui ronge les meilleurs d'entre nous lorsqu'ils sont contaminés. Il ne faut jamais oublier que chasser l'autre, c'est d'une certaine façon, s'amputer de soi-même.

À découvrir aussi

Un voyage en Alaska

  • Fiction
Le kayak a été le trait d'union entre l'Asie et l'Amérique à l'époque lointaine où les avions ne décollaient que pour s'écraser dans l'océan : cousin éloigné de Sisyphe, l'esquimau passait son temps à...

Paresseuse contrariée

  • Fiction
Une chambre à soi ce n'est pas assez, il faudrait l'espace des sphères où déambuler seule à ne rien faire, histoire de se reconstituer une virginité après les célébrations intensives de la nativité.

La dédicace 3

  • Fiction
Il me dit : « C'est un ancien compagnon de classe ! » « Compagnon ? » Je regarde son corps étroit, ses mains fines, presque osseuses, ses articulations délicates, puis ce sourire si terriblement fémin...