L'été (comme on a dit)

Publié le  19.08.2015

parfois, il ne se passe rien. pourtant, il y a la bonne lumière, un ordinateur nettoyé, du café supérieur, une mauvaise chaise, on a reçu une bourse, des informations, des liens utiles, on a eu des rendez-vous, des échanges téléphoniques, des documents sonores, on a fermé la fenêtre, on a ouvert la fenêtre, l’été est trop chaud, il pleut, il faut rentrer les plantes, il faut passer une couche de peinture sur la grille du jardin, il faut se rendre à un enterrement, il faut accompagner un ami chez le coiffeur, il faut garder ses neveux, c’est wimbledon, c’est la fin du monde imminente, c’est une manifestation qui gronde, c’est la voisine qui s’inquiète pour son chat, c’est un retour en arrière, c’est un billet de train à échanger, c’est toujours comme ça, c’est un barbecue, un anniversaire, une rencontre de hasard, un fantastique mal au cou, une envie de dame blanche, il n’y a plus de sucre dans le garde manger, il y a un moustique, il y a les saisons complètes de « air crash investigation » sur internet, je veux tout savoir sur claudette colbert et marlene dietrich, j’hésite à acheter l’autobiographie de angelica huston, j’attends la sortie de « eva » de simon liberati, j’apprends à connaître ma belle-mère, je regarde stupéfaite l’impression gravée de la maternité reine astrid, je renonce au spritz, j’écris des petits textes pour mon profil Facebook, j’écris un descriptif d’atelier pour la tournée de « belle d’hier », j’écris la liste du matériel pour « le plus petit feu d’artifice jamais récensé », j’écris une liste pour un blind test, j’écris des recommandations, j’écris un dossier, je mets du vernis sur mes ongles, j’achète un parfum neuf, je glisse sur la terre battue, j’enregistre les battements de mon cœur, je prends une aspirine, j’agrandis ma collection de dés, je prépare une réunion, je ne parviens pas à gagner une seule partie de « risk », je ne parviens pas à répondre à toutes les sollicitations, je ne parviens plus à me lever d’un bond, je devrais commencer à m’inquiéter, je m’inquiète.

tiens, je me mettrais bien à la basse électrique.

c’est un beau projet, je n’en ai pas encore écrit une seule ligne …

 

photo : Isabelle Bats

À découvrir aussi

Non-non au pays de Oui-oui

  • Fiction
Pour ce troisième billet de (mauvaise) humeur, je tiens à partager avec vous mes merveilleuses aventures dans la délicieuse contrée de la littérature jeunesse, qui n'a pas grand chose à envier à celle...

Télé-réalité et télé de la réalité

  • Fiction
La télévision italienne n'a pas très bonne réputation. C'est le moins qu'on puisse dire.  

Un tête-à-tête

  • Fiction
La journée est belle comme l'été, une paume se glisse dans une main, le vent démêle les chevelures, un baiser se pose sur un front ou dans le creux du cou. Des éclats de rire ruissellent le long de la...

Deleuze aujourd'hui

  • Fiction
Comment appréhender la rencontre entre notre présent et le devenir dans lequel l'oeuvre de Deleuze se poursuit ? Sur quels plans l'un et l'autre entrent-ils en consonance ? Pris entre héritage inventi...