Rome. Encore et toujours

Publié le  14.10.2011

Rome.
Pourquoi sa rencontre constitue-t-elle chaque fois, non pas une surprise mais un perpétuel renouvellement d'un bonheur, un bonheur que l'on ne retrouve dans presque aucune autre ville ?

Immersions et dérives sont deux de ses sésames, pourvu qu'on accepte d'y marcher, de s'y perdre, de s'y trouver.  Le promeneur, le visiteur, le touriste même, dispose-t-il d'un autre choix ? Là commence sans doute la subtile emprise de Rome.  Ses plaisirs ne sont jamais tarifés mais tellement pleins de divines surprises.

Escaliers, rue sinueuses, places, dénivellations ou jardins intérieurs font la coquette ou la coquine, la marquise ou la servante, la jeunette ou la  très vieille, la ballerine ou la flâneuse.  A Rome, les fontaines ne sont pas des jets d'eau frustrés mais des miracles de plaisir, de courbes et de rebondissements ! De blanches tendresses.

Rome est femme à un point rare, elle n'a pas besoin de le clamer. Les gros coups de poings des Savoie ou des fascistes, elle est même parvenue à la  enrober, à les enrôler dans son corps aux ressources innombrables.  Il continue de bruire de vraies humeurs alors que se sont éloignés parades et panaches triomphants ou mortifères.  Ses collines l'y ont aidée, comme son histoire mais aussi l'étroitesse relative du fleuve qui l'innerve sans la découvrir.  L'impériale sait être langoureuse.
Pas question en ces lieux d'un Esprit surplombant l'éternelle entreprise pour y imposer des perspectives, des sujets ou des découvertes connues avant même leur mise en œuvre ! Le management comme l'abstraction froide sont le contraire de cet art de vivre et d'aimer qui ne cesse de jouer du concret et du tactile sur lesquels la lumière peut s'épancher à l'égal d'une main.
A Rome, ruelles et ruines, temples et monuments, églises et palais, négoces et établis trament une fable aussi foisonnante que l'infinie reprise dont est faite son architecture.  Tout le contraire en somme, de la Création censée avoir produit le monde, et dont rois et présidents, architectes et urbanistes ont souvent cherché à reproduire le modèle autoproclamé.

Ici, tout est reprise, retouche et réutilisation, Résurrection charnelle.
Ici, les plus grands ont dû se couler dans une donnée pour en produire une autre.  Dans un renouvellement infini.

À découvrir aussi

Un sentiment familier

  • Fiction
Réfléchissant à ce qui m'a interpellée au cinéma, au point d'en faire un mode d'expression, je suis parvenue à épingler deux souvenirs d'enfance, qui m'ont paru significatifs. Ils concernent mon arriv...

Moment d’écoute

  • Fiction
Un appareil de radio, à côté d'une corbeille de fruits, perché sur le frigo, un peu poussiéreux de rester là-haut, qui indique l'heure, a donné vie à la cuisine de mon père pendant des années : je ven...

Le burnout de Madame B.

  • Fiction
En date du dimanche 29 août 2010, l'Hôpital Universitaire Esculape, HUE, a publié son quatrième communiqué bimestriel de l'année relatif à l'état de santé de Madame B.¹, comme le prescrit la loi du 1e...