Un K-Way

Publié le  02.05.2011

Le k-way est le contraire de la caravane hollandaise. D'abord, le k-way ressemble à une tente. Ensuite, il promène ses coloris sur les chemins de campagne. Enfin, il ne se tortille pas sur les autoroutes. Ou alors, par temps de brouillard, ou de pluie si intense que chaque gouttelette devient une averse. Un torrent. Un déluge qui détrempe la carte et dérange la boussole.

Un matin, le citadin ne quitte pas son domicile, mais un gîte rural. Il n'emprunte pas la rue Danton jusqu'à la station Saint-Michel, mais une bordure de ruisseau jusqu'à un champignon qu'il croit de Paris.

Le dôme dresse sa blancheur minuscule au pied d'une clairière, et s'observe, un genou dans l'humus, sous le goutte-à-goutte d'un feuillu. C'est un prélude musical, et que scande la toile rouge du k-way ; en contrepoint, le bleu de madame pianote, le jaune du gamin tambourine, le rose de fifille tend sa harpe aux trombes qui détrempent l'orchestre de fortune.

Le k-way trouve son sens en automne, et toutes les autres saisons au nord de la Loire, où la pluie sévit deux jours sur trois.

Les sources du déluge justifient la vie à la campagne, et la sortie du k-way hors de sa poche kangourou.

Quand le vent se lève, et le grésil ou la neige, son textile lance une mélodie frottée, claque comme un drapeau dans le dos des gens gonflés à l'hélium.

Il joue à la cigale enrhumée dans les contrées où se perdre dans la joie de marcher.

Ciel moite, plaine détrempée, sentiers tartinés de boue : le k-way est le blason du masochiste météorologique :

Pluie : « Une machine à coudre me perfore les joues, c'est déjà bon. »
Orage : «  Un fouet d'argent me tranche l'oreille, c'est bien meilleur.»
Neige : « Les talons plantent leurs aiguilles sous mes cils écarquillés, c'est l'heure  exquise. »

À découvrir aussi

C'est pas que je veuille tenir ni que je veuille m'enfuir (De retour de Bozar)

  • Fiction
Faire du beau avec la merde du monde. Faire l'éloge de la douceur quand on est considéré comme un maître du trash. Faire la démonstration de sa compétence plastique, rythmique, bien au-delà de la pro...

Le petit ours rose

  • Fiction
Il avançait sur le tapis roulant de la chaine de montage n°56XB. Une jeune fille docile, aux cheveux noirs et aux yeux bridés, l'a pris indifféremment sur ses genoux pour lui coudre des oreilles, plu...

Tu n'es pas mon berger (mon Avignon 2011 - jour 7)

  • Fiction
Il y a les spectacles dont le principe d'énonciation principal et le point de départ dramaturgique reposent sur le partage d'un temps commun à la scène et la salle (exemple : « Au moins j'aurai ...

Cette vie d'écrivain 3: Les muses financières

  • Fiction
Cette vie d’écrivain #3:   Les muses financières   L’argent est un fleuve au débit extrêmement variable. Dans votre cas il est alimenté, non par de fortes précipitations, mais par un robinet...