De vraies questions (de retour du Théâtre National)

Publié le  22.05.2010

Pourquoi le spectacle de Claude Schmitz « Mary mother of Frankestein » est-il le second volet de la tétralogie de Jacques Delcuvellerie « Fare thee well Tovaritch Homo Sapiens » ?

 

Pourquoi le metteur en scène et co-auteur choisit-il de construire un objet scénique plutôt beau mais radicalement coupé du public durant ses deux premiers tiers (prologue mis à part) ?

 

Pourquoi y construit-il une longue séquence hypnotique, où la polyphonie confine à la cacophonie et où l'accès à la matière textuelle est rendu quasiment impossible ?

 

Pourquoi le jeu de la distribution anglaise semble malheureusement sorti de chez James Ivory quand le jeu francophone tire davantage au Desplechin ?

 

Pourquoi les mots de la distribution anglaise sonnent-ils inutiles, interchangeables, sans nécessité aucune (exception faite du récit de la mort du bébé de M.S. par journal intime interposé, séquence plutôt réussie) ?

 

Pourquoi ai-je l'impression que l'aspect indigeste de toute la première partie n'a pour fonction que de rendre plus éclatante l'apparition et la prise de parole de la Créature ?

 

Pourquoi la conférence-procès menée en monologue par la Créature m'apparaît-elle comme une performance drolatique, ensorcelante et finalement brillante où Iggy Pop semble singer tantôt Antonin Artaud, tantôt Charles de Gaulle ?

 

Pourquoi nous priver autant du jeu saugrenu de Boris Lehman, du jeu craintif dArié Mandelbaum, du jeu galvanisant de Fabien Dehasseler et Vincent Minne ?

 

Pourquoi nous perdre autant ?

 

Pourquoi, en somme, cette parenthèse de cent minutes entre un prologue filmé très prometteur et une fin passionnante ?

 

Pourquoi, in fine, s'intéresser à Mary Shelley ?

 

                                                                                                                      *

 

Post-scriptum transparence : Je ne connais pas personnellement Claude Schmitz. Nous avons plusieurs connaissances (plus ou moins proches) en commun. Je l'avais invité au débat foireux que j'avais organisé au Théâtre Varia en octobre dernier sur les metteurs en scène de sa (ma) génération ; il n'était pas venu. Nous nous sommes parlés un peu plus tard à la sortie d'un débat moins foireux à la Bellone où j'avais aimé ses propos. Par le fruit d'un hasard malheureux, je ne connaissais pas son travail jusqu'à hier.

À découvrir aussi

Un regard sur le FID 2018 signé Adèle Grégoire

  • Fiction
Cette année encore, on a demandé aux étudiants de l'Insas qui se rendaient au FID de Marseille avec la Scam de nous ramener quelques impressions du festival... Voici la contribution d'Adèle Grégoire, ...

« Quatre fois vingt deux »

  • Fiction
Les vies sont comme des chambres à coucher. Il y a des vies en désordre et des vies en ordre. Et puis, il y a des vies qui ont l’air en désordre mais qui sont, en fait, en ordre. La vie de Pascal étai...

Un séjour à Anvers #1 : Onze-Lieve-Vrouw ter Sneeuw

  • Fiction
La Vierge Marie apparut aux débuts de la chrétienté à un riche patricien de Rome qui, n'ayant pas d'héritier, ne savait que faire de son argent. Elle lui demanda de construire une église en suivant le...

D'un monde à un autre (Deux-Acren - Avignon)

  • Fiction
TGV Bruxelles-Avignon, dimanche 4 juillet 2010. Quatre heures de trajet pour passer d'un monde à un autre. À Deux-Acren, Hainaut occidental, Belgique, a lieu en ce moment le De Facto Festival, d...