Heureusement, je suis un homme

Publié le  04.03.2011

1) « Chérie, la gosse pleure. Je peux pas me concentrer, moi. Fais-la taire, s'il te plaît, j'aimerais bien finir cette page, tu comprends ? »

2) « Chérie, tu sais ce que dit maman ? Que la poésie, c'est une affaire d'homme. D'ailleurs, elle trouve normal que la plupart des poètes présents dans l'anthologie soient des hommes. Tu connais Albalat ? Non ? C'est un écrivain. Il disait aux femmes : « c'est une chose d'écrire des lettres à ses amies et de tenir un journal, c'est autre chose de faire de la littérature. » Hein, chérie ? Tu m'entends ? Alors je ne t'interdis pas d'écrire, mais la gosse pleure, et je voudrais bien finir ma page. »

 

3) « Oh, chérie, tu sais ce que tu pourrais faire ? Suivre un atelier d'écriture. Ça ne me dérange pas, sincèrement. Comme ça, tu pourrais lire tes petits poèmes à d'autres femmes, et recevoir des conseils. En tout cas, l'après-midi, ça ne me dérange pas, je pourrai garder la gosse. J'écris pas beaucoup, l'après-midi. Hein ? »

 

4) « Chérie, je pense que je vais partir une semaine à la mer pour en finir avec ce roman, tu veux bien ? Demande à maman qu'elle garde la gosse, si c'est trop pour toi. Elle sera contente. »

 

5) Ce qui est drôle, c'est de virer le tout petit « e » muet de « chérie », d'inter changer hommes et femmes, et de relire.

 

6) Heureusement que je suis un homme. C'est plus facile de rédiger des propos « féministes » quand on est un homme. Les hommes ne supportent pas bien les chroniques féministes signées par des femmes, alors que les femmes aiment beaucoup les textes féministes signés par des hommes. C'est très tendance, d'être un homme féministe. C'est top. Ca fait des best-sellers.

 

7) Une poétesse que j'ai connue écrivait en cachette, dans sa cave, à l'insu de son mari. Elle écrivait assise sur les sacs de patates, à côté du charbon. S'il la surprenait, c'était la gifle.

 

8) Oui, dors bien, chérie. Dors.

À découvrir aussi

De la maternité comme un des beaux-arts

  • Fiction
Qui me dira l'heure, l'heure qu'il fait au dehors ? En moi, à chaque minute, 18 heures sonne. 18 p.m., l'heure de l'angoisse, dix-huit vagues d'affolement déferlant en une aile noire qui vide mon corp...

« Une Chambre à soi » sous le soleil – Le billet du comité

  • Fiction
Illustration: couverture de l’édition originale d’ "Une chambre à soi" de Virginia Woolf Myriam Saduis est metteuse en scène et autrice. Membre du comité belge de la SACD, elle fait partie d...
  • Écrit
femme aux cheveux bouclés avec expression neutre sur le visage

TLRDNPPECS (mourir ou désirer Mars) : texte de Marthe Degaille

  • Fiction
Pour le feuilleton estival de Bela, Marthe Degaille a écrit un texte de science-fiction sur le climat et les dérives du capitalisme.

Les rats

  • Fiction
Au premier rat, la mère de Jonathan s'était réfugiée sur les hauteurs d'une chaise bancale. Au deuxième rat, elle avait grimpé sur la table de la cuisine, un couteau de boucher à la main. Quand la mèr...