Un séjour à Anvers #5 : Vrijdagmarkt

Publié le  09.01.2013

A la terrasse du café « In de roscam »
sur le Vrijdagmarkt.
Dave Sinardet

je vois souvent sa photo
et je lis ses analyses politiques
dans les journaux

on dirait un étudiant élégant
avec son teint juvénile
son air sérieux
et ses lunettes
de beau-fils idéal

« ne pas déranger »
je reconnais ce message implicite
posé sur le visage des penseurs
qui travaillent dans les cafés tranquilles

je n'irai pas le saluer
par respect pour la page sous sa main
mais je me sens honorée
d'avoir bu un thé en sa compagnie (si je puis dire)
à la terrasse d'« In de roscam »

là où il y a deux jours je regardais
en buvant un autre thé
le peuple d'Anvers faire cercle
autour de vendeurs aux enchères
à la carrure de dockers
à la voix éraillée et sauvage

« cinquante ours en peluche, dix nains de jardin, une armoire (années 50), trois sèche-cheveux, un plâtre d'Académie (tête de jeune paysanne), un « tableau impressionniste » (représentant une ferme flamande), un vélo (sans selle), un autre vélo(sans phare), un vase de porcelaine tricolore, une peau de mouton, quinze bustes de mannequins en polyester, un bateau dans une bouteille, un oiseau taillé dans la défense d'un éléphant, une parure de faux diamants, trois lustres (dits) de Venise, une chaise « de style »,

et ce stock de dix-huit cartons contenant des masques relaxant pour les yeux… »

les jeunes penseurs vous rendent espoir
autant que la foule éternelle
plongée dans les plaisirs de l'enchère

il y a quelque chose d'un jeu paisible
dans le fait de s'emparer des vieux mots de la politique
ou des vieux objets du quotidien
et de les remettre au goût du jour

comme si les choses et les mots
choisis avec soin et cœur
vous revitalisaient aussi sûrement
qu'un masque relaxant pour les yeux
ou qu'un thé bu au Vrijdagmarkt
un beau dimanche.

À découvrir aussi

La sensation d’une aigrette de vent aux tempes.

  • Fiction
La sensation d’une aigrette de vent aux tempes.   J’ai du mal à me définir comme autrice. Dans ma représentation immédiate, l’auteur, assimilé à l’écrivain, est celui qui écrit – littéraleme...

La femme-orchestre

  • Fiction
Il est loin le temps où l’artiste composait son œuvre fébrilement à la lueur vacillante d’une bougie, poussé au labeur par la faim le tiraillant, les montées de chaleur dûes à la fièvre typhoïde ...

Genèse des Langues paternelles

  • Fiction
À quelques heures de notre première avignonnaise, quelques mots sur la genèse des "Langues paternelles", spectacle dont j'assure la mise en scène, présenté au Théâtre des Doms, à 11h00, du ...

Comment ne pas vivre de sa plume en 3,5 leçons

  • Fiction
Longtemps je me suis bercée d'un bonheur ; celui de croire que je pourrais vivre de l'écriture et que ce serait une vie passionnante et forcément enrichissante à de multiples niveaux… A moi les journé...