Vers une musique made in France ?

Publié le  08.02.2013

En France, dans la région des Pays de la Loire, il y a un orchestre national. Il est dirigé par un chef d'orchestre français et composé de musiciens interprètes français. Sans exception, des violonistes aux hautboïstes en passant par les clarinettistes, tous sont français. Tous ont fait leurs études dans les conservatoires de musique du pays. L'orchestre joue exclusivement de la musique française. On pourra espérer entendre la musique de Claude Debussy mais pas de Gustav Mahler. Ainsi, un orchestre garanti 100% made in France !

J'ai imaginé qu'un tel scénario appliquant la "préférence nationale", devait être le rêve secret de Richard Samuel, préfet du Maine-et-Loire, lorsque le 19 décembre 2011, il interpella au téléphone le président de l'Orchestre National des Pays de la Loire. Ce dernier, Alain Gralepois, avait alors engagé une violoniste coréenne âgée de 26 ans en qualité de soliste. Vivant en France avec un statut d'étudiant, la violoniste devait se voir délivrer une carte professionnelle. Alain Gralepois raconte : « La teneur de la conversation était sans équivoque : le préfet m'a demandé pourquoi l'orchestre avait fait le choix d'une musicienne coréenne et non française »*. Cet incident en dit long sur la façon dont nos dirigeants considèrent l'art. Devons-nous nous attendre à ce que soit appliqué à l'art l'idée du "fabriquer et consommer français", revendiquée en force en cette période électorale ?

Le 22 décembre 2011, Alain Gralepois a adressé un courrier au préfet pour exprimer « son profond malaise » et dénoncer « un dérapage». La violoniste aurait fini alors par obtenir l'accord de la préfecture pour sa régularisation. Cette affaire révèle encore une fois l'ampleur de la condescendance avec laquelle les étrangers sont traités dans cette Europe en dérive. Et une telle réaction, provenant d'un fonctionnaire rattaché au ministère de M. Claude Guéant, n'étonne plus. Il y a deux jours encore, le ministre de l'Intérieur osait affirmer que « toutes les civilisations ne se valent pas ». Les élections présidentielles françaises approchent à grands pas.

*www.presseocean.fr «Virtuose coréenne, la fausse note du préfet » , 20 janvier 2012

À découvrir aussi

MUSES à Anima 2014

  • Fiction
Bela vous a invités à devenir MUSES au festival ANIMA de 2014 pour y inspirer trois jeunes auteurs…! Voici la création de Bruno TONDEUR :   Michèle m’a raconté une histoire. Une histoire de chats. Une...

Le burnout de Madame B.

  • Fiction
En date du dimanche 29 août 2010, l'Hôpital Universitaire Esculape, HUE, a publié son quatrième communiqué bimestriel de l'année relatif à l'état de santé de Madame B.¹, comme le prescrit la loi du 1e...

Aller retour

  • Fiction
Invitation électronique à lire de vive voix, le jeudi 1er février, des extraits de trois textes devant des programmateurs lors d'un festival jeune public à Vallet, au pays du Muscadet. Où ça ? Au coeu...